Le week-end du 22 au 24 octobre 2021, au Centre Védantique Ramakrishna de Gretz-Armainvilliers, Marina Margherita nous invite à réfléchir sur les concepts de Parinâma, krama, kshana : une réflexion sur le changement, la séquence et l’instant à l’aide de la pratique. 

Comment les Yoga-Sûtras de Patanjali et la pratique du yoga peuvent-ils nous aider à comprendre et à influencer la direction générale du changement ? Quelle attitude adopter face à ce que nous ne pouvons pas contrôler, l’impermanence et l’instabilité de toute forme vivante ? Le yoga à travers le souffle serait-il une piste...

 

Suite de l’article et bulletin d’inscription ["cliquez ici"->doc 434]

Angers, mai 2016

APERÇUS

Voici quelques impressions du stage prises sur le vif par Béatrice et Catherine et de nombreux retours des participants quelques jours après la rencontre.
Mieux qu’un compte-rendu, ces images et ces paroles témoignent de ce qui est !

 

Le stage, les ateliers, les partages, les rencontres, le lieu, les opportunités, les rendez-vous..... résonnent encore au plus profond. Le nombre des participants a généré un souffle, une force dont je ressens les effets encore aujourd’hui. Les expériences inhabituelles que nous avons vécues en binôme ou en groupes ont parfois bousculé des lieux intimes, provoqué des émotions intenses, dérangé.... ils ont aussi et surtout ouvert des espaces qui ne sont pas dominés par le mental, mais par cette petite grâce qui illumine tout, qui libère.

J’ai vraiment apprécié la nature, le contact avec elle, simple et vrai, voie directe qui nous conduit vers l’unité. Il y a tant de beauté et d’amour dans la nature (ateliers parcours jardin).

Et puis c’est si bon de s’abandonner à la danse, sans retenue, sans complexe....je me suis sentie vivante, je me suis sentie moi ! (ateliers musique pièces d’eau).

Au milieu de tous ces êtres très différents, en somme, c’est ça, je me suis sentie vivante, et aimée…. “

Patricia

 

 


“Le premier moment fort s’est passé dans l’exercice des trois chemins. J’ai vraiment été déconcertée d’avoir pu être connectée aussi fort à un moment donné pendant un exercice aussi anodin en apparence.

Le deuxième moment fort, incontestablement, a été le partage de la danse, donner et recevoir et à travers une danse pouvoir percevoir autant l’autre m’a bouleversée, de la même façon que d’être perçue par l’autre.

TuEn savoir +

Chers(es) adhérents(es),

 

Par ces temps difficiles où l’activité d’enseignement du yoga en présentiel est devenue dangereuse malgré les précautions sanitaires, la FVI tient à vous manifester son soutien moral.

Quand on ne peut rien faire pour changer une situation oppressante, tentons de l’accepter sereinement. Pour cela, le yoga et la méditation nous montrent le chemin. Prenons refuge à l’intérieur de nous-mêmes, dans cet endroit calme et paisible où séjourne un observateur inébranlable. Demandons à cette partie de nous-mêmes de nous tenir la main pour la traversée des turbulences que la vie met sur nos pas.

Cependant, tout en confiant notre devenir à la vie, assurons-nous d’avoir fait tout ce que nous pouvons faire pour nous-mêmes. Voici deux sites que vous connaissez sûrement et qui donnent des informations sur les mesures gouvernementales permettant de bénéficier de droits, si vous êtes salariés et d’aides si vous êtes à votre compte :

www.travail-emploi.gouv.fr

faq covid-19-activité partielle-chômage partiel

[www.autoentrepreneur.urssaf.fr->http://www.autoentrepreneur.urssaf.fr/]

coronavirus : les aides apportées aux auto-entrepreneurs.

Nous vous incitons à utiliser les nombreux sites de visioconférences qui, bien qu’imparfaits, permettent de poursuivre une activité en dehors des contraintes sanitaires du présentiel.

Nous avons dû reporter notre rencontre prévue à Gretz en octobre à une période plus clémente. Ce sont les aléas par lesquels ce virus nous fait passer. Si petit et si puissant, il nous fait plier dans nos organisations et nos modes de vie mais il n’aura pas notre peur. La peur est mauvaise conseillère et nocive pour notre santé quand elle déborde le raisonnable. Gardons suffisamment de confiance pour garder le cap quoiqu’il advienne.

Aparigraha

Aparigraha est le dernier des cinq yama, les attitudes spirituelles de notre “être” au monde.

La pratique spirituelle d’aparigraha c’est se tenir constamment dans l’attitude qui consiste à ne plus avoir besoin d’être sécurisé par des possessions, ou par un statut social. Elle rejoint le détachement (vairagya). Littéralement a-pari-graha signifie ne pas (a-) retenir (- graha) ce qui est tout autour de nous (-pari-). C’est avoir intégré l’aspect superficiel de la dimension manifestée ou matérielle (biens, situation sociale, et même le corps physique).

Cliquer ici pour lire la suite

Denis Perret

Bilan de la 3e année de formation

En troisième année de formation, j’ai commencé à enseigner à un groupe. Le défi était important pour moi car je prenais la suite d’un professeur expérimenté et très apprécié par les élèves. Autre défi, la taille du groupe, une vingtaine de pratiquants dont deux hommes.

Cliquer ici pour lire la suite

Agnes Gandon

Le KHYF avait déposé la marque Viniyoga à l’Office Européen pour la propriété intellectuelle des marques. Un courrier de KHYF nous indiquait que nous ne pourrions utiliser la marque Viniyoga qu’à la condition de leur payer une contribution et d’accepter de suivre leurs critères.

L’assemblée générale de la FVI du 10 mai 2018 à Tamniès a voté la décision de faire annuler le dépôt de la marque Viniyoga par K.H.Y.F auprès de l’Office Européen des marques au motif que le nom Viniyoga existe depuis longtemps, qu’il est utilisé couramment en Europe et qu’il s’agit d’une pédagogie et non d’une marque commerciale.

 

Cliquer ici pour en savoir plus

Le yoga et la santé énergétique

Le souffle est l’expression de l’énergie vivante du corps et la voie que le yoga emprunte pour entrer en contact avec elle.


La posture structure un espace intérieur où vont se nouer de multiples dialogues : entre corps et souffle, mais aussi entre haut et bas, avant et arrière, gauche etdroite, tête et bassin.

Les relations vivantes qui se créent éveillent une sensibilité profonde aux résistances rencontrées. Si ces résistances corporelles, dont Michel Alibert propose de considérer que le terrain d’élection est le diaphragme, sont obstacles à la santé énergétique, elles ont des composantes psychiques.

La méditation du yoga, au départ très corporelle, est une purification de cet espace intérieur, scène de l’existence du moi. Seul un " je " associé à un " moi purifié", peut dire vraiment " tu " aux altérités extérieures, personnes, animaux ou choses, espace et aussi peut-être au temps, dit-il.

Aux confins du corporel, de l’énergétique, du psychique et du spirituel, le yoga nous accompagne vers ce qu’il aime à appeler l’être en humanité.

Pour en savoir plus : CLIQUEZ ICI

Le plancher pelvien

Le plancher pelvien

 

 

Le plancher pelvien est un ensemble de muscles, tissus et ligaments situé dans le petit bassin et dont le rôle est de soutenir les organes de reproduction, la vessie et le rectum.

 

Il est formé de trois couches :

- Une couche externe  : La plus superficielle. Cette couche sera automatiquement activée en musclant les deux autres couches (moyenne et interne). Elle forme un huit qui va de la partie supérieure du coccyx au milieu de la lisière des poils du pubis.

- Une couche moyenne  : Elle relie les articulations des hanches et supporte la couche interne de part son plateau transverse. Elle soutient et protège la vessie et la matrice.

- Une couche interne  : C’est la plus importante et la plus répandue. Elle maintient tous les organes. Elle s’étire en éventail du sacrum vers les bords latéraux des os du bassin, les ischions, les cavités articulaires des hanches et en avant vers le pubis. Cette couche forme le levator ani, le releveur de l’anus. Un levator ani puissant et entrainé porte les organes comme une coupe. Par contre s’il est affaibli, il s’affaisse.

 

 

Quels sont les conséquences d’un plancher pelvien affaibli ?

Nous avons tous un plancher pelvien mais ce sont surtout les mamans après un accouchement qui se rendent compte le plus tôt de l’importance de celui-ci. Le poids du bébé pendant la grossesse puis le passage vont l’étirer et le détendre. De plus c’est au périnée que les trois couches de muscles se croisent et lors d’une section de celui-ci (épisiotomie), toutes les couches sont radicalement tranchées.

Il existe trois sortes d’incontinences :

  • L’incontinence à l’effort  : Lorsqu’on éternue, tousse, rit, saute ou court, il arrive de temps à autre que quelques gouttes s’échappent et avec le temps, de plus en plus souvent. Pendant et après la ménopause, ces petites pertes d’urine deviennent plus importantes. Selon la méthode que j’enseigne, dès que les femmes ménopausées entrainent leur pp de manière ciblée et disciplinée, les symptômes s’amenuisent.

 

Nous avons accueilli Marie-Agnès Bergeon dans le cadre de notre congrès annuel qui s’est tenu en Auvergne. Celle-ci nous a invité à expérimenter la vie de façon intense en étant présent à nos expériences corporelles. Le yoga nous propose de déchirer nos différentes cuirasses pour aller prendre directement contact avec la vie. Ce qui nous limite, ce sont nos mémoires et nos pensées. La vie c’est l’instant. On la ressent lorsqu’on laisse tomber nos limites. C’est parfois fugace et lorsque cela se produit, nous sommes en relation avec toute chose. Nous cessons de disséquer pour embrasser, pour aller vers une expansion.

 

Le yoga permet de se détendre, de mieux respirer, de faire circuler l’énergie dans nos corps, le corps physique et les autres corps. La vie s’apaise car les pensées sont moins présentes. Cela demande une certaine force pour traverser ces barrières qui reviennent constamment. Il faut de la détermination et une grande confiance.

 

Pour nous permettre de goûter dans nos corps cette circulation bénéfique de l’énergie Marie-Agnès utilise les vibrations du chant. Elle nous amène à apprécier l’immobilisme dans la pratique méditative. Elle utilise aussi la poésie pour toucher nos cœurs :

 

Rumi :

Viens ! Prends un pic et brise ton Soi de pierre.

La matrice du cœur est incrustée de rubis.

Les cascades de rire sont fermées dans ta poitrine

Débouche la jarre de vin.

Enfonce la porte qui mène au trésor de la non-existence

Il ne reste dans ta cruche qu’un peu d’eau saumâtre

Brises la et viens à la rivière.

 

En moyenne, moins de 1 % de nos actions sont faites en conscience. Pour aller de l’ombre à la lumière, il faut s’asseoir. Apprendre à être assis avec une complète aisance. Ainsi notre conscience s’élargit. On respire environ 12 fois par minute, plus ce chiffre descend, plus on prend conscience de notre existence. On vit alors une expansion qui embrasse la totalité et ainsi la peur disparaît. L’autre qui est toujours une menace, ne l’est plus. Petit à petit on déracine notre identification à ce que l’on croit être pour devenir stable, tranquille en unité avec le cosmos.

 

CetteEn savoir +

En ce mois de mai, si riche en jours fériés, de nombreux adhérents de la fédération Viniyoga sont venus de la France entière pour se retrouver en Dordogne, à Tamniès, au cœur du Périgord Noir.

C’était l’assemblée générale, mais surtout l’occasion d’une réflexion approfondie sur la relation entre Maître et disciples, entre professeur et élèves.

C’est Martyn Neal, formateur dans la lignée de l’enseignement de Krishnamâcharya et de TKV Desikachar, qui pendant deux jours, a partagé avec les 50 personnes présentes sa propre expérience de plus de 30 ans entre le Maître indien TKV Desikachar et l’élève Martyn Neal.

Le yoga est un beau cadeau, mais sa transmission est une véritable responsabilité. Le partage de cette expérience s’est inscrit dans la simplicité et la profondeur.

Et puis, Martyn Neal est aussi un chanteur qui a transformé notre groupe, en une belle chorale de quelques heures, qui a fait naître de belles vibrations d’amour.

Cette rencontre s’est vécue au « Domaine des Grands Pins » à Tamniès. La grande salle au beau plancher de bois, devenue salle de yoga s’ouvrait sur le sous-bois réservé du domaine. La piscine était chauffée, la nourriture préparée sur place avec soin ne pouvait que satisfaire des yogis exigeants.

L’air vivifiant du Périgord Noir, berceau de la préhistoire, a nourri tous ces pratiquants de yoga pour transmettre au plus juste cette discipline millénaire de l’Inde. »

Annie Drouilhet

 

Si vous souhaitez plus de détails sur le contenu de ce stage nous vous invitons à lire [l’article suivant en cliquant ici.->https://www.federationviniyoga.org/IMG/pdf/compte_rendu_du_stage_martyn_neal_mai_2018.pdf]

Vous pouvez également écouter un de nos [chants en cliquant ici->https://www.federationviniyoga.org/IMG/mp3/13_-_om_namo_namaste_namaha-2.mp3]

 

QuelquesEn savoir +