"LE CORPS ET SES SECRETS"

Le corps est une oeuvre d’art, un magnifique réservoir d’intelligence, une mine de secrète connaissance. Il est une nécessité de base de notre cheminement et son instrument. La tradition du yoga nous dit que le corps est un microcosme et que l’univers que nous cherchons à connaître a toujours existé dans toute sa splendeur à l’intérieur de nos corps humains.


La pratique du yoga basée sur la transformation des énergies du corps révèle ses secrets. Progressivement, par l’intériorisation que le yoga permet, par l’art de l’écoute et l’aptitude à la concentration qu’il développe, par le nettoyage des canaux subtils qu’il opère, il nous donne accès à notre dignité et à une toute autre compréhension et expérience du corps. Viennent l’immense paix et le silence qui peuvent alors baigner nos gestes et nos actions.

Nous verrons que la science du yoga nous transmet l’anatomie subtile du corps, et le chemin du dévoilement de nos différents niveaux de conscience, que les écritures du vedanta parlent des cinq enveloppes dans lesquelles est enchâssée notre Conscience la plus haute ...

Pour nous, un des accès les plus faciles à ces perceptions est celui de la conscience de la circulation du prana dans le corps, dans le souffle, et la compréhension de sa nature et de sa relation avec le corps physique et l’esprit. Pratiques de méditation, yoga relaxation et chant.


Marie-Agnès BERGEON est totalement engagée dans la tradition spirituelle de l’Inde (Vedanta, Shivaïme du Cachemire et Yoga) qu’elle a rencontrée en 1979. Elle partage cette tradition depuis plus de 35 ans à travers des stages, voyages, écoles, formations et retraites spirituelles. Elle a cofondé et dirigé pendant 12 ans l’École Yoga Sadhana. Elle organise aussi des rencontres autour de Ma Anandamayi à qui elle est profondément liée. Le Yoga révèle Conscience et Joie. Il est l’art de trouver et de ne pas lâcher ‘le fil de la Merveille’. Il est l’art de rester connecté et offre de nombreuses pratiques pour cela.
https://www.association-a-ciel-ouvert.org/intervenants.aspx?intervenant=319

 

Pour

En savoir +

Parinama ouvre une fenêtre au développement d’une profonde réflexion et améliore la compréhension du yoga de sorte à apprendre comment donner une direction plus efficace à sa pratique personnelle en harmonie avec les directions transmises par la tradition. Le terme parinama est l’indication claire que le processus méditatif n’est possible que si une transformation intérieure véritable et profonde se produit, et que si cette transformation se manifeste d’une manière constante et permanente.


Durant le congrès, nous verrons tout cela à travers les interactions entre les interventions successives données par les invités-es.

François Lorin, Willy Van Lysbeth, Swami Ashokananda, Swami Krishnapremananda et bien d’autres seront présents.

Pour consulter le programme CLIQUER ICI

YOGATHERAPIE : se soigner avec le yoga

 

Quand j’ai commencé à enseigner le yoga, il y a un peu plus de 10 ans, j’enseignais uniquement en cours collectifs. J’avais peu de demandes de cours particuliers. Peu à peu, mon intérêt pour une pratique individuelle plus centrée sur l’autre s’est développée à côté d’une pratique collective plus courante.

 

Pourquoi cet intérêt vers l’autre ?

Quand on se pose la question d’un choix, d’un engagement, la réponse n’est pas forcément simple : la cause ne vient pas de l’extérieur seulement, pas plus que de la seule intériorité. En réalité, il s’agit toujours d’une rencontre à un moment donné entre une attente intérieure et un apport de l’extérieur. Alors c’est une rencontre fructueuse.

S’agissant de mon investissement dans la yogathérapie, c’est bien une rencontre entre une partie souffrante de moi-même, personnelle et héritée, liée à la condition humaine à laquelle tout un chacun est confronté, et la découverte du yoga viniyoga. Mon investissement pour la yogathérapie résulte de cette rencontre.

 

Qu’est-ce que la yogathérapie ?

Les élèves me demandent parfois ce qu’est la yogathérapie . « Est-ce du yoga ? », « Est-ce une thérapie par le yoga ? »

Je leur réponds : c’est une technique d’accompagnement qui est tournée vers l’individu et non sur la maladie. C’est une méthode complémentaire de la médecine classique occidentale.

Le yogathérapeute utilise le yoga pour accompagner une personne pendant sa maladie, pour l’aider à atténuer ses souffrances et si possible réduire ou faire disparaître le symptôme. Il se sert du yoga et de ses techniques, asana, pranayama, mantras, sons…qu’il va modifier et adapter à la personne pour apporter un mieux être, atténuer la douleur, redonner de la mobilité (douleurs cervicales, lombaires, etc…).

C’est

En savoir +

Nous vous livrons quelques extraits et nous vous invitons à lire sa version complète EN CLIQUANT ICI

 

« Mon objet est de montrer la concordance entre la pensée de P. Rabhi et les Yoga-Sûtras, sans que P. Rabhi ne mentionne jamais le yoga, à ma connaissance. Pourtant, par son contact si profond, si sensuel, avec la nature, il se rapproche des PRAKRITILAYA, dont le ch.I dit qu’ils sont, de naissance, dans l’état d’harmonie avec la force de vie qui anime le monde et, s’il refuse d’être qualifié de « sage », il est de toute évidence « porteur de vérité », RITAMBHARA , niveau de SAMADHI décrit au Sûtra I-48. »…

 

« P.Rabhi est à la fois un SAMYAMIN (l’expert dont parle le ch.III ) et un NIMITTA, (ch.IV).

 

Un SAMYAMIN, c’est quelqu’un qui consacre sa réflexion et son étude à un domaine particulier, et dont la parole est éclairante : il en fait son sujet d’attention privilégié, DHARANA, le centre de ses méditations, DHYANA et il aboutit à une vision de plus en plus claire et vaste, SAMADHI. P. Rabhi a acquis, par ses lectures et ses expériences, la maîtrise de l’agro-écologie qu’il a théorisée et appliquée en Ardèche et en Afrique. Il affirme que, bien pratiquée, elle supprimerait la faim dans le monde, pour une population qui atteindrait 12 milliards d’individus. Il y voit une des bases de l’humanisme.

 

Un NIMITTA, c’est quelqu’un qui a le pouvoir d’éveiller les consciences et de transformer les mentalités afin de changer les comportements. (Sûtra I-50 : ANYA SAMSKARA : d’autres façons d’être succèdent aux anciennes). P. Rabhi a créé des centres qui transmettent de nouvelles méthodes de culture, d’enseignement et 1’éthique de vie : Terre et Humanisme en 1994, Oasis en tous lieux, en 1996, Centre des Amanins en 2003. Il a popularisé les notions de respect de la terre, de sobriété heureuse, de part du colibri... Il affirme que l’école doit enseigner la solidarité et la réciprocité au lieu de la compétitivité. »…

 

« Belle

En savoir +

Vers les anées 1980, Desikachar a suggéré qu’une traduction des Yoga-Sûtras, en français, fidèle au style de l’aphorisme, soit réalisée et qu’elle soit prolongée d’un commentaire simple et concis et d’un développement, le tout adapté à notre société...un viniyoga.

Ecrit à partir des précieux enseignements de Desikachar, ce volume de 500 pages est maintenant disponible.

Le coauteur Jean Dethier, est un pratiquant du yoga qui possède une bonne connaissance des enseignements et de la tradition de l’Inde. Depuis plus de quarante ans, il séjourne deux à trois mois chaque année à Chennai. Il y a étudié de façon approfondie l’astrologie avec un maître réputé et a publié deux ouvrages sur ce sujet.

Jean Dethier a été rédacteur en chef de la renue Viniyoga de 2001 à 2011.

Vous pourrez vous procurer votre livre, dans votre librairie, en le commandant auprès de l’éditeur (sarl.pardes at orange.fr) ou lors des stages Viniyoga organisés par l’école ETY, Claude Maréchal.

Plus d’information sur l’école ETY sur son site en cliquant ici.

 

En ce mois de mai, si riche en jours fériés, de nombreux adhérents de la fédération Viniyoga sont venus de la France entière pour se retrouver en Dordogne, à Tamniès, au cœur du Périgord Noir.

C’était l’assemblée générale, mais surtout l’occasion d’une réflexion approfondie sur la relation entre Maître et disciples, entre professeur et élèves.

C’est Martyn Neal, formateur dans la lignée de l’enseignement de Krishnamâcharya et de TKV Desikachar, qui pendant deux jours, a partagé avec les 50 personnes présentes sa propre expérience de plus de 30 ans entre le Maître indien TKV Desikachar et l’élève Martyn Neal.

Le yoga est un beau cadeau, mais sa transmission est une véritable responsabilité. Le partage de cette expérience s’est inscrit dans la simplicité et la profondeur.

Et puis, Martyn Neal est aussi un chanteur qui a transformé notre groupe, en une belle chorale de quelques heures, qui a fait naître de belles vibrations d’amour.

Cette rencontre s’est vécue au « Domaine des Grands Pins » à Tamniès. La grande salle au beau plancher de bois, devenue salle de yoga s’ouvrait sur le sous-bois réservé du domaine. La piscine était chauffée, la nourriture préparée sur place avec soin ne pouvait que satisfaire des yogis exigeants.

L’air vivifiant du Périgord Noir, berceau de la préhistoire, a nourri tous ces pratiquants de yoga pour transmettre au plus juste cette discipline millénaire de l’Inde. »

Annie Drouilhet

 

Si vous souhaitez plus de détails sur le contenu de ce stage nous vous invitons à lire [l’article suivant en cliquant ici.->https://www.federationviniyoga.org/IMG/pdf/compte_rendu_du_stage_martyn_neal_mai_2018.pdf]

Vous pouvez également écouter un de nos [chants en cliquant ici->https://www.federationviniyoga.org/IMG/mp3/13_-_om_namo_namaste_namaha-2.mp3]

 

Quelques

En savoir +

Meilleurs Voeux pour 2019

J’ai le plaisir de vous adresser mes voeux de santé et de sérénité pour l’année 2019. Que le chemin du yoga vous conduise à la pleine réalisation de votre nature profonde.

Pour vous soutenir dans cette voie, la FVI vous propose en juin 2019 un congrès riche en enseignement sur la thématique de la connaissance du Soi. Marie-Agnès Bergeon nous propose d’utiliser le corps comme outil et comme guide sur ce chemin de la
pleine conscience de qui nous sommes.

Claude Maréchal, initialement prévu pour animer ce congrès, vient de nous faire part d’un imprévu qui l’empêche d’être avec nous le week-end du 21 au 23 juin. Marie-Agnès Bergeon, assurera cette animation. Elle est totalement engagée dans l’enseignement traditionnel de l’Inde et elle partage cette tradition spirituelle depuis 35 ans à travers stages, voyages, retraites et formations. Elle a cofondé et dirigé avec Alain Chevillat pendant 12 ans l’École Yoga Sadhana. Elle intervient dans le programme de formation de l’association « À ciel ouvert ». Aussi, c’est avec joie que nous l’accueillons et que nous lui confions le soin de nous faire progresser sur la voie du yoga.

Marie Francoeur
Présidente FVI

Le yoga enfants n’a rien avoir avec une séance de yoga adultes. Un adulte se met sur son tapis, s’intériorise et suit le guidage du professeur. Un adulte fait une pause dans son rythme de vie. Il prend du temps pour soi et se reconnecte à son corps. Il est seul au milieu d’un groupe. Il est d’usage que seul le prof parle. Le yoga enfants est un moment d’échanges et de partages. Les enfants appartiennent à un groupe et ils interagissent entre eux. Les rires éclatent ! Le travail de découverte de son corps est différent. Ils sont dans l’observation de ce qui se passe dans leur corps, une prise de conscience du fonctionnement de leur corps qu’ils ne maitrisent pas car leur corps est en plein développement. Que se passe-t-il quand je respire, selon comment je souffle ? Ils observent que cela bouge et que l’air passe par différents lieux : si on souffle par la bouche les joues bougent, les lèvres forment un rond etc… Un cours de yoga enfants est plein de vie, ils parlent. Le silence intervient à des moments précis : lors d’observation pour écouter son corps ou lors de la relaxation.

 

Un cours de yoga enfants est rythmé et dynamique. L’enfant ne doit pas s’ennuyer sinon il n’interagit plus. Sa curiosité doit être tenue en haleine. Il y a différents temps. Cela commence par un temps d’accueil où par exemple des mandalas peuvent être proposés pour patienter le temps que tout le monde arrive. Une fois tout le monde présent, la thématique du jour est annoncée. Cette thématique peut être plus ou moins sérieuse comme le respect, la confiance en soi, parler des 8 membres du yoga, le souffle ou simplement le jeu, etc... Un pacte des consignes peut éventuellement être proposé pour poser quelques règles de bases pour un bon déroulement de séance.

 

Un temps de recentrage ou quelques exercices de respiration peuvent être proposés pour ensuite être enclin à parler de sa météo intérieure : comment se sent l’enfant aujourd’hui. Il ne s’agit pas de dire je vais bien mais de dire avec la météo : le soleil, un arc-en-ciel, des nuages, de la pluie, de la neige, un orage comment il se sent. La pluie peut être positive pour un enfant car il peut sauter dans les flaques d’eau ou de boue… La pluie ne va donc pas être synonyme de tristesse. Tout comme un orage. Il s’agit de vérifier avec l’enfant la symbolique qu’il y attache. Le prof exprime également sa météo. Il appartient au groupe, certes il guide mais il fait comme tout le monde. Ensuite la séance peut se composer de multiples façons, il peut y avoir un atelier où les enfants vont observer leur respiration, où ils observent ce qui se passe dans leur corps lorsqu’ils vivent une émotion etc… Cela est fonction de la thématique. Une histoire en rapport avec le thème peut être lue pour ensuite échanger sur ce qui se passe et s’il y a une morale à cette histoire… Des comptines peuvent être chantées et mimées etc…

 

Un

En savoir +

Zinal 2018

Nous étions présents au 45e congrès international de yoga qui a eut lieu à Zinal du 19 au 24 août 2018. 20 pays étaient représentés avec plus de 400 participants, des professeurs de yoga mais également des praticiens de tous âges et de tous horizons.

 

Le thème de ce congrès portait sur Ekatã : l’unité dans la diversité. En tête d’affiche, trois conférenciers, invités d’honneur, ont pu discourir sur le thème proposé pendant 2 à 3 heures chaque jour. Pourquoi ce choix ? En référence à un texte extrait de la Bhagavad Gītā (Chapitre VI, strophes 29, 31 et 32) Kṛṣṅa dit : ” Celui qui a été unifié grâce au yoga voit le Soi dans tous les êtres et les voit avec équanimité… Quand il s’établit dans l’unité (ekatvam) et qu’il m’adore comme étant présent en chaque être, il devient le yogi suprême, quelles que soient ses actions, qu’il souffre ou qu’il soit heureux”.

 

Sri Anandi Ma est à la tête de l’ancienne lignée du Kundalini Maha Yoga. Son maître, Sri Dhyanyogi Madhusudandas, est mort en 1994 à l’âge de 116 ans. Il était un saint indien et un maître de Kundalini Maha Yoga. Elle était accompagnée de Dileepji dans l’enseignement des bases de la Kundalini Maha Yoga, données pendant cette semaine de congrès. Son intervention a été illustrée de chants dévotionnels.

 

Swami Nityamuktananda Sarasvati, inlassable étudiante et aujourd’hui savante dans de multiples domaines allant de la science aux beaux arts en passant par la théologie, est intervenue sur le thème de l’unité dans la diversité en s’appuyant sur des données scientifiques et théologiques. « Nous sommes de l’énergie qui danse dans la lumière comme tous les êtres vivants. » Ce qui nous différencie c’est la fréquence des vibrations de cette énergie.

 

Ravi Ravindra est né en Inde et vit au Canada. Il compare les Yoga Sutra et la Bhagavad Gîtâ, les deux textes fondateurs du yoga. Son enseignement a porté principalement sur le « cœur et le but du yoga ».

 

Les

En savoir +

M.R. : Bonjour Marie ! Tu as effectué une formation pour femmes enceintes auprès de l’Institut De Gasquet à Paris en pré et post natal sur 5 jours en janvier 2018. Pourquoi as-tu ressenti le besoin de suivre cette formation ?

 

M.S. : Ma motivation pour cette formation était de pouvoir répondre aux demandes de femmes enceintes présentes dans mes cours de yoga. Je voulais pouvoir leur offrir une pratique qui convient à ce moment particulier de leur vie. Et puis, personnellement, j’avais également un projet de maternité et souhaitait donc me former au mieux sur le sujet. Mon choix s’est porté tout naturellement vers l’Institut De Gasquet. C’est une méthode connue auprès des sages-femmes et personnels médicaux pour les accouchements physiologiques. Le yoga pratiqué lors de cette période prénatal doit donc être en cohérence et complémentaire avec le parcours proposé auprès des maternités lors de la préparation à l’accouchement. Lors de mes cours collectifs, en tout début d’année, je précise qu’il est très important de prévenir le professeur lorsqu’une grossesse est potentiellement en cours.

 

M.R. : Pourrais-tu nous parler de ce que tu as appris lors de cette formation ?

 

M.S. : Oui bien sûr. Afin de répondre au plus près des attentes de la personne, il y a plusieurs phases à prendre en considération.

 

PROJET

S’il s’agit d’un projet, la pratique du yoga est un plus pour la meilleure connaissance corporelle et la mise en place du lâcher prise, du relâchement. Il est très important de ne pas focaliser toute son attention sur ce projet mais plutôt de rechercher un bien être global.

 

PRENATAL

Lorsqu’une grossesse est en cours, les cours individuels ou spécialisés femmes enceintes sont à favoriser. Cependant, je constate que bon nombre de pratiquantes souhaitent rester dans le groupe avec lequel elles ont l’habitude de pratiquer. Je ne m’y oppose pas mais je demande à ce que la femme enceinte se place près de moi pour ne pas l’oublier dans les adaptations à proposer. Côté administratif, je demande également un certificat médical spécifiant que l’état de grossesse de cette personne ne s’oppose pas à la pratique du yoga.

 

Lors

En savoir +